single

Le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mme Bernadette Keïta, accompagnée de son collègue de l’Économie et des Finances, Alousséni Sanou, a dirigé, jeudi dernier, dans un hôtel de la place, la première rencontre de la coordination gouvernementale du Fonds climat (Troïka) du Fonds climat Mali. C’était en présence des représentants du Royaume de Suède, Karin Isaksson, du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), Jo Scheuer et de plusieurs autres partenaires techniques et financiers.
La rencontre de haut niveau se tenait plus de six ans après la création de cette instance d’échange et de dialogue. Seul le Comité de pilotage a tenu ses sessions.

Cette situation paraît incompréhensible au regard de l’importance de ce mécanisme en matière de financement des activités de résilience aux effets néfastes du changement climatique.
En effet, le Fonds climat Mali est un instrument financier capital dans la lutte contre les effets néfastes du changement climatique et la pauvreté dans notre pays, a expliqué la ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, dans son intervention. À ce titre, a ajouté Mme Bernadette Keïta, il contribue à l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD). Cela à travers la mise en œuvre du Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (Credd).

En la matière, le dispositif du Fonds climat Mali capitalise le financement de 24 projets réalisés au profit de 186 communes. Le montant total cumulé s’élève à 9,704 milliards de Fcfa. Ces financements ont été, selon Mme Bernadette Keïta, possibles grâce à l’accompagnement technique et financier des Royaumes de Suède et de Norvège, et le Pnud. Pour consolider cet acquis, un 4è appel à proposition de Projet est en cours. Il mobilisera à cet effet plus de 8 milliards de Fcfa dont les financements sont déjà acquis, a annoncé la ministre en charge de l’Environnement.

La coordinatrice du Fonds climat Mali a entretenu l’assistance sur la création du Fonds climat Mali, le contexte de sa création, les perspectives et la tenue de la réunion du Comité de pilotage. Mme Diarra Lala Camara a aussi évoqué des sujets relatifs à l’activation de la procédure d’accès direct des entités nationales au financement du Fonds climat Mali.

Son exposé a été suivi de l’intervention du ministre de l’Économie et des Finances. Alousséni Sanou, qui s’est réjoui de sa participation à cette première réunion, a sollicité le soutien des partenaires. «Nous souhaitons l’accompagnement de nos partenaires, que les Royaumes de Suède et de Norvège soient nos ambassadeurs auprès des autres pays européens pour plaider la cause du Mali. Surtout que les aspects qui sont concernés par le Fonds sont au cœur des priorités du gouvernement et concernent la population à tous les niveaux notamment la pêche, la foresterie, l’élevage», a développé le patron de l’hôtel des Finances.

Tout comme le représentant du Pnud, Karin Isaksson a, au nom des partenaires techniques et financiers (PTF), salué la tenue de cette rencontre, avant de souhaiter sa pérennisation. «Nous encourageons la pleine opérationnalisation des nouveaux outils de gouvernance et de communication du Fonds climat Mali après leur validation par le Comité de pilotage (tenue régulière des réunions du Comité de pilotage et de la Troïka gouvernementale, réformes nécessaires au renforcement du Fonds)», a exhorté la représentante du Royaume de Suède.

Le Fonds climat Mali a été créé le 26 janvier 2012, grâce au soutien financier des Royaumes de Suède et de Norvège et du Pnud. Il couvre des domaines comme l’éducation, l’agriculture, l’énergie et la foresterie, etc. Son objectif est d’aider le Mali à réussir le financement des interventions de développement stratégique telles que défini dans la stratégie nationale : «Économie verte et résiliente aux changements climatiques».


Fadi CISSÉ

autho

Fadi Cissé

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER