single

Le président de la Transition a invité nos compatriotes à respecter les lois du pays d’accueil

Après son installation dans sa résidence samedi dernier, le président de la Transition a rencontré les représentants de la communauté malienne vivant en Algérie. La rencontre a été l’occasion pour nos compatriotes d’exprimer d’une part leur soutien à la Transition en cours au Mali et d’autre part, leurs préoccupations afin que les autorités puissent y trouver de solutions.
C’est l’ambassadeur du Mali en Algérie qui a d’abord planté le décor. Dans son intervention, Mahamane Amadou Maïga a indiqué que nos compatriotes bénéficient de beaucoup de privilèges par rapport aux ressortissants d’autres pays en raison de la convention sur la libre circulation entre le Mali et l’Algérie. Il a aussi relevé que le Mali occupe la première place des pays auxquels l’Algérie accorde des bourses dans divers domaines : enseignement supérieur, sport, formation professionnelle, défense et sécurité.

L’ambassadeur a également fait savoir que les étudiants évoquent quelques problèmes techniques relatifs aux orientations et filières, mais la plupart sont résolus avec satisfaction grâce à la bonne coopération des universités et instituts avec l’ambassade.
Le président de l’Association des étudiants du Mali en Algérie, Abibou Cissoko, a signalé que chaque année, les nouveaux boursiers maliens arrivent en Algérie, 2 mois après le début des cours. Il a souhaité que le gouvernement trouve une solution à ce problème récurrent. Il a aussi souligné le retard de paiement des bourses et demandé au gouvernement d’aider ceux qui ont terminé leurs études à trouver des stages de qualificatio, voire un emploi une fois de retour au Mali.

Le représentant du Conseil de base des Maliens d’Algérie, Alhousseini Camara, a égrené quelques difficultés auxquels nos concitoyens sont confrontés comme le problème de carte de séjour en Algérie, l’obtention de la carte NINA et des logements sociaux, les problèmes d’envoi des fonds et de rapatriement des corps au Mali.
C’est le ministre des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine qui a apporté de réponses à certaines préoccupations. Alhamdou Ag Ilyène a d’abord tenu à saluer l’Algérie pour avoir accepté d’accueillir nos étudiants dans ce contexte de Covid-19 où beaucoup de pays ont fermé leurs frontières aux étrangers. Il a assuré que le gouvernement est en train de travailler pour résoudre les problèmes des bourses des étudiants et de la carte NINA. Il a aussi annoncé la mise en circulation bientôt de la carte d’identité biométrique de la Cedeao (Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest).

En outre, le ministre Ilyène a rappelé que la Transition a pour missions d’instaurer la sécurité et d’assurer le retour de l’administration sur l’ensemble du territoire national. Sur ce point, l’Algérie sera d’un apport considérable. Idem pour le parachèvement de la mise en oeuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Il s’agit aussi pour la Transition, a-t-il poursuivi, de travailler pour la bonne gouvernance dans le pays avec toutes les réformes qui y sont nécessaires et d’organiser des élections transparentes et crédibles afin de doter notre pays d’institutions légitimes.

Prenant la parole, le président de la Transition a invité nos compatriotes à respecter les lois du pays d’accueil, à savoir l’Algérie qui continue d’œuvrer pour le retour de la paix au Mali. Sur les préoccupations soulevées, Bah N’Daw dira qu’il n’a que des conseils d’usage à l’endroit de nos compatriotes. À ce propos, il a demandé aux uns et aux autres de retrouver l’hymne national du Mali. «Un peuple-Un but-Une foi… Debout sur les remparts», a-t-il cité, avant de souhaiter bonne année scolaire aux étudiants.


M. K.

autho

Madiba Keïta

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER